I-A) Evolution et historique des grands manèges.

 

Les montagnes russes viendraient de Russie, plus particulièrement de Saint-Pétersbourg, lorsque les enfants effectuaient des courses de luge sur les collines enneigées. A partir du XVIIIè siecle, ces courses rencontrent un véritable succès à travers l'Europe.


image8-mini-2.jpg

 

Les premières montagnes russes font leur apparition à Paris en 1812 avec la Compagnie "Les Montagnes Russes". Il s'agissait à l'époque de petites voitures munies de roues et dévallant une pente.

 

D'autres, prétendent que ces manèges viendraient d'une demande de l'Empereur russe qui aurait voulu faire des courses de luge toute l'année, y compris l'été, d'où l'ajout de petites roues sous le fond de la luge.Le premier brevet déposé concernant cette attraction date de 1865 et a été réalisé par Lamarcus Adna Thompson.

En 1846, un traîneau est placé sur un rail et s'élance en formant une boucle de près de 4m de haut. Ce traîneau s'arrête juste après le premier looping de l'Histoire des montagnes russes. Il était installé dans le jardin Fracasti de Paris (près du boulevard Montmartre), comme le montre cette gravure de l'époque.


image7-mini-2.jpg

 

Aux Etats-Unis, les montagnes russes sont créées à partir des rails et des wagons des chemins de fer américains afin de permettre une meilleure accroche des wagons aux rails, pouvant ainsi parcourir des trajets plus impressionnants en divertissant les amateurs de sensations fortes.


image4-mini-1.jpg 

image5-mini.jpg


En 1912, John A. Miller, surnommé "le Thomas Edison des montagnes russes", crée de nouvelles roues permettant aux trains d'aller toujours plus vite, mais tout en restant sur les rails, en particulier dans les virages et les vrilles. Ainsi, est lancé un engrenage pour développer de nouvelles attractions toujours plus impressionnantes au service de l'amusement.

 

Au début, la structure des manèges était en bois, puis, avec la révolution industrielle et la découverte de nouveaux matériaux aux diverses qualités (résistance au poids, à la chaleur..), elle devient en acier, ce qui permet un meilleur maintien des trains, entraînant ainsi, l'augmentation de la vitesse, du nombre de looping, de l'inclinaison des descentes et donc des sensations.


Ainsi aux alentours des années 1980, vont se développer des parcs d'attractions (ou parcs à thème tel que Disneyland à Paris), dans le but de regrouper ces divers manèges mais aussi de concurrencer les fêtes foraines.


Aujourd'hui, les passagers des attractions sont souvent attachés à l'aide d'un "harnais" de sécurité, les jambes pendantes dans le vide. Ainsi, le public perçoit mieux les virages, les vrilles, les loopings..

 

 

De plus, nous pouvons constater un véritable engouement pour les attractions du type Tour De La Terreur (Disneyland), basées autour d'un axe, les passagers sont assis dans une sorte de nacelle qui monte et tombe en chute libre. Les ingénieurs sont toujours à la recherche de nouvelles techniques pour susciter frissons et émotions au public. Par exemple, les passagers sont assis dans le sens inverse de la marche afin de renforcer l'effet de surprise ; subissent un départ sur les chapeaux de roue, par l'intermédiaire de la propulsion comme dans Space Mountain (Disneyland), ou bien au contraire sont tractés lentement afin de renforcer l'angoisse montant avec l'attente lors de l'ascension. En effet, dans Tonnerre de Zeus au Parc Astérix, les passagers ont le temps d'admirer tout le parc et le paysage des environs avant de dévaler une grande descente à plus de 100 km/h. D'autre part, les rêveurs et futurs astronautes pourront tester EPCOT en Floride (USA) où leur estomac sera mis à rude épreuve avec la sensation d'apesanteur.

 

                                                                                                   

 

Dates/ lieu

Nouveau style, type, matériel, technologie unique

Record battu ou limite franchie

1817/ France

Wagons attachés à la voie

 

1846/ France

1er looping : Centrifugal Railway,

 

1959/ USA

Rail tubulaire, montagnes russes en métal : Matterhorn Bobsled

 

1959

Zones de freinage permettant d’avoir plusieurs trains sur l’attraction en même temps

 

1964/ Mexique

 

30m de hauteur : Montaña Rusa

1979/ USA

 

Plus longue en bois : Beast

1981/ USA

Véhicules suspendus : Bat

Véhicules roulants en arrière : Racer

 

1981/ Japon

Train debout : Dangai

 

1991/USA

Tunnel sous l’eau : Anaconda

 

120m de hauteur : Superman the Escape

2001/Taïwan

 

Descente verticale de 90° :Gravity max

2010/Emirats arabes unis

 

Dépasse les 240km/h : Formula Rossa

2011/Japon

 

Chute la plus raide (121°) :Takabisha

2012/Espagne

 

La plus haute d’Europe (76m), descente la plus longue (78 m), le plus rapide d’Europe dans la première descente (134km/h) : HYpercoaster

 

 


 
 

Le record d'Europe de vitesse de pointe pour une montagne russe est détenu par l'Espagne avec Hypercoaster à 134 km/h. Le record du monde, quant à lui, a été atteint par le Formula Rossa aux Emirats Arabes Unis avec une vitesse de plus de 240 km/h. Le but de cette dernière attraction est de faire ressentir aux passagers les sensations qu'un pilote peut éprouver à bord d'une Formule 1.


formula-rossa-ride.jpg

  Formula Rossa 

 

big-hyper-6.jpgHypercoaster

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site